Et si vous étiez rétribué pour la contribution de vos données ?

29 Sep 2020Actualité

Tout le monde en est conscient, nous produisons à chaque instant d’importantes quantités de données essentiellement par le biais de nos outils numériques (smartphones, application web, …). Cependant si nous n’avons que peu d’utilités de ces données, certaines entreprises les utilisent pour générer de la valeur, avec des montants plus que conséquents. Et si une partie de cette valeur était redistribuée à leur contributeur ?

Mes données, quels usages ?

S’il est assez intuitif de comprendre que des grandes quantités de données sont produites avec les outils numériques que nous utilisons au quotidien (usage de telle ou telle application, position, requête sur des moteurs de recherche, etc.) il est parfois moins évident d’en comprendre leurs usages. Sans tomber dans des extrêmes orwelliens, l’usage principal qu’on peut observer au quotidien concerne la publicité ciblée, que ce soit l’anticipation de certaines tendances, le retargeting (on vous repropose des produits que vous avez consultés mais pas forcément achetés) ou encore les annonces personnalisées.

Si c’est gratuit, c’est vous le produit

Cette phrase, quasiment devenu dicton, suggère que si un outil ou une application est gratuite alors vous êtes le produit car ce sont vos données qui sont utilisées en tant que moyen de paiement. Au vu de l’utilité de tels outils, il semble compliqué de demander à tout le monde de les abandonner ou d’opter pour des outils moins intrusifs (lorsqu’ils existent…). Retrouvez une partie de ces outils sur le site de Framasoft). La prise de conscience et l’information des utilisateurs est donc déjà une première étape nécessaire à une migration vers un nouveau modèle ou ils pourraient être rétribués pour la contribution de leurs données.

Mettre vos données à disposition contre une rétribution

La possibilité que les contributeurs soient rétribués au prorata de leur contribution et qu’une garantie leur soit donnée quant au respect de leur consentement existe. Il est important ici de signaler que la notion de consentement dépasse la notion de propriété privée des données. Il s’agit plus ici d’une notion de propriété d’usage. Que va-t-il être fait des données que j’ai produites en utilisant telle ou telle application et suis-je en accord avec les usages qui seront fait de mes données ? Ainsi ce ne sont pas mes données qui sont exploitées sur mon dos, mais bien moi qui suis rétribué en tant que contributeur à la création de connaissances valorisées.

Développer des écosystèmes incitatifs par la rétribution

OKP4 propose un protocole permettant le développement de la connaissance entre différents opérateurs, tout en permettant aux utilisateurs d’avoir la main sur le consentement de leurs données ; et d’autre part organiser une rétribution par ruissellement de l’ensemble des contributeurs et ainsi rémunérer les utilisateurs pour l’utilisation de leurs données (une rétribution qui peut prendre des formes différentes (monétaires, réduction, accès supplémentaires, etc.) . Les principes de tokenomics de OKP4 mettent en œuvre un mécanisme d’incitation, permettant de maximiser l’alignement d’intérêts entre les différents acteurs.

Être rétribué pour la contribution de ces données à la création de connaissance, ce n’est pas vendre ses données

On a souvent tendance à confondre la valorisation de la connaissance produite à partir de données et la vente de ces données. Le protocole OKP4, grâce à l’exploitation d’algorithmes de chiffrement, permet de garantir la mise en œuvre de données dans la création de connaissance et la valorisation de ces connaissances sans que les données utilisées ne soient accessibles à qui que ce soit.