Vers de nouvelles chaînes de valeurs

5 Jan 2021Actualité

Nous avons créé Open Knowledge Platform for (OKP4) car nous croyons au paradigme de l’économie de la connaissance.

La production exponentielle des données rend la génération de connaissance de plus en plus complexe et aléatoire. Dans l’immense majorité des cas, les données sont stockées sous des formats hétérogènes, voire non structurés. Elles sont non qualifiées, régies par des règles de propriété disparates, etc. Les problématiques grandissantes du respect de la vie privée génère des freins à la libération des données. L’un des principaux enjeux de productivité des données est de garantir que les connaissances générées soient pertinentes et temporalisées. C’est ce à quoi répond OKP4.

Plus les échanges de données seront fluides et rapides, plus les connaissances se développeront. Cela nécessite d’accompagner les utilisateurs dans la prise de conscience des bénéfices qu’ils pourront tirer du partage de leurs données. La gestion des consentements et la rétribution des contributeurs sont pour nous des prérequis indispensables à la réussite d’un projet de partage de données. L’appropriation monopolistique de nos données personnelles par quelques grandes entreprises ou plus généralement les GAFAM1, BATX2 ou encore NATU3 est devenue une réalité. D’un autre côté, des agences d’État ou de renseignement ont activé leurs services de surveillance et de collecte de données mondialisés (ex. : PRISM pour la NSA ou dans une moindre mesure la Loi de programmation militaire en France).

La libéralisation des données, dans un cadre sécurisé et de consentement mutuel, nous permet de :

  • Passer de l’économie des biens matériels à l’économie de la connaissance (1+1=3) ;
  • D’élever des bases de données hétérogènes pour en extraire le meilleur ;
  • S’affranchir de la complexité de la disparité des données ;
  • Rétribuer tous les contributeurs à la génération de connaissances afin de libéraliser les données et les algorithmes ;
  • Se passer d’un tiers de confiance grâce à une gestion décentralisée.

OKP4 peut fonctionner pour n’importe quel marché, mais nous avons choisi de nous focaliser sur la verticale du marché agricole. C’est un secteur stratégique : il existe peu d’industries où l’on produit autant de données depuis aussi longtemps. Nous avons vocation à faciliter les échanges entre les différents opérateurs, tout en permettant aux agriculteurs de conserver la maîtrise de leurs données. Notre démarche vise à faciliter l’organisation d’écosystèmes d’échange de données, notamment agricoles, avec une rétribution par ruissellement de l’ensemble des contributeurs, dans un cadre qui laisse la plus grande liberté aux opérateurs. Établir un cadre de confiance pour faciliter et favoriser les échanges de connaissances : telle est notre intention. L’ambition d’OKP4 est de libérer la puissance des données et des algorithmes métiers, au profit de l’économie de la connaissance.

Emmanuel Aldeguer, Co-fondateur et Président d’OKP4

  1. GAFAM: Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft
  2. BATX: Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi
  3. NATU: Netflix, Airbnb, Tesla, Uber

M